Accueil
Approche SPAGYRIQUE
ACTIFS et PLANTES
CIBLES des ACTIFS
SYNERGIES D'ACTIONS
SPAGYRIE & PSYCHÉ
Concept ARRA
ACCÉS THERAPEUTES
Télécharger Dossiers
Herboplanet Complex.
ACISTOM HS100 *
ACISTOM NEW
ADIUVANTIBUS HS722
ALISOL HS 1030
ALIVIT HS9 *
ALLERSOL HS700 *
AMENOSOL B HS210 *
ANANAS COMP HS112
ARCTIUMSOL HS150 *
ASITOL HS121 *
ATROSOL HS125 *
BACSOL HS4
BARDANA COMP HS102
BETAMIX HS103
BETULA COMP HS302
BISOL HS5 *
BRONSOL 200 Sirop *
CALMIX 100 Sirop *
CAPITIS *
CASSIASOL *
CISTISOL
CLIMASOL HS124
COLERIL PLUS HS736 *
CLOROFILIN
CORDIASOL HS118 *
CORNUS COMP HS304
DEFESOL HS122 *
DIFLOR HS732 *
DIMAGRET *
DIORSOL *
DISPESPOL *
DIURESOL *
DRAINIL *
DRENASOL HS15
ELEUTEROSOL *
ENZYSOL HS135 *
EPARENOL HS16
EPASOL HS119 *
FERROSOL HS7 *
GASTROSOL HS206 *
GYMNESOL HS706 *
HERBOSOL C HS123 *
HERBOSOL CA *
IALURASE Plus 740 *
IMMUNOSOL HS744 *
IN-FLU 100 sirop *
INFLUBIOTIC Aérosol*
JUGLANS COMP HS 306
K2 SOL
LACTORIL HS 602
LAXATIL-P poudre *
LIQUISOL poudre *
MAGSOL 5 PLUS HS708*
METEORSOL HS116 *
MINERALSOL *
MIOSOL HS 716 *
MNG PLUS SL3 *
MULTISOL *
NEO COLIFASTL *
NEVROSOL HS212 *
OLEA D3
OPATOSOL *
OPERTENSOL *
OROSOL *
OXYSOL *
PARIETARIA HS109 *
PINUS COMP HS 308
PRESTASOL HS720 *
PROINF HS538 *
PROLAVER HS127 *
PROSIL
PULMODREN HS310
PULMOSOL HS129 *
RADIO-ACT HS810 *
RADIO ACT JPG
RELAXSOL *
RINOPLUS HS208 *
RUSCUSOL HS137 *
SEDASOL HS101 *
SULFONIL HS710 *
SURCORTEX HS 405 *
TAMARIS COMP HS211
TARAXSOL *
TONIXOL HS128 *
ULCE GEL
ULMASOL HS 3 *
VARIXOL B HS202 *
VITIS COMP HS214 *
Prod.hors spagyrie
QUANTIQUE ?
LE SILICIUM
B.E de L.C. VINCENT
PARODONTOLOGIE
RESVERATROL
Ionocinèse
Contact
REFLEXIONS CULTURE
ARTICLES ET LIENS
Vos Remarques
BIBLIOGRAPHIE
DIVERS ARTICLES
Formulaire de contact
Mentions Légales
Dossier TC

 

 

 

CISTISOL 

CISTISOL NEW

 

Composants

 

APPORTS D’ELEMENTS NUTRITIFS ET DE PRODUITS A BASE DE PLANTES POUR 2 COMPRIMES:
D-mannose 600 mg.
Agent de charge: cellulose microcristalline.
Fruits de Canneberge (Vaccinium macrocarpum Aiton) extrait sec 400 mg
(apport en proanthocyanidines 120 mg),
feuilles de Airelles rouges (Vaccinium vitis Idaea L.) extrait sec 400 mg,
rhizome de Curcuma (Curcuma longa L.) extrait sec 100 mg
(apport en curcuminoïdes 95 mg),
Agents anti-agglomérants: dioxyde de silicium, sels de magnésium des acides gras.

 


Pathologies :

Infections chroniques des voies urinaires,

il peut être associé à une thérapie à base d’antibiotiques pendant la phase aiguë ;
utile dans le combat contre l’apparition de cystites chroniques.

 

Dosage : 

Pendant 12 semaines, un comprimé le matin au réveil et un le soir avant le coucher,
de préférence après avoir vidé sa vessie.

  

Notes

La cystite est une inflammation de la vessie qui touche surtout les femmes.
La cause la plus commune déclenchant la cystite est une infection par bactéries,
l’ennemi numéro 1 étant l’Escherichia coli, bactérie en mesure de coloniser la vessie
en adhérant à ses parois. La capacité d’un micro-organisme à adhérer à des surfaces
est un des facteurs les plus importants de la pathogenèse.
Les bactéries produisent une “pellicule” spéciale, appelée biofilm, capable de les
protéger aussi bien des antibiotiques que du système immunitaire.
Les biofilms sont des matrices extracellulaires dans lesquelles résident bactéries et
champignons, pour la majeure partie pathogènes, en mesure de proliférer et de se
multiplier en toute sécurité, protégés contre les attaques du système immunitaire.
En se cachant à l’intérieur de leurs biofilms, les bactéries deviennent plus résistantes
(le biofilm rend les microbes 1000 fois plus résistants aux antibiotiques).
Ces pellicules sont la raison pour laquelle de nombreuses infections peuvent être si difficiles
à éradiquer, créant ainsi des infections chroniques. Les antibiotiques traditionnels ont été créés et
testés sur des cellules bactériennes à l’état planctonique assez peu protégé ; ces mêmes
antibiotiques, donc, sont moins efficaces et parfois totalement inefficaces lorsque ces
mêmes bactéries ont grandi à l’intérieur d’un biofilm et sont donc protégées par celui-ci.
Il est donc nécessaire d’éliminer le biofilm pour permettre aux antibiotiques, et aux
agents antimicrobiens, d’éradiquer l’infection.
 
Il est intéressant de trouver des MALTODEXTRINES FERMENTEES dans la composition ; celles-ci sont une mine d’enzymes digestives. Il existe une relation étroite entre les enzymes digestives et les autres enzymes anti-oxydantes et systémiques. Lorsqu’il y a une carence en enzymes digestives, les leucocytes cessent d’opérer en tant qu’agents immunitaires et ils cèdent leurs enzymes au processus digestif. Tout de suite après un repas abondant, nous serons donc plus vulnérables aux attaques virales et aux infections et, de manière générale, les insuffisances enzymatico-digestives peuvent affaiblir notre système immunitaire. Donc, la prise d’enzymes fongiques à spectre ample, en plus d’avoir des effets bénéfiques directs sur la digestion, agit aussi sur la fonction immunitaire.
 
La CANNEBERGE (Vaccinium macrocarpon, Aiton), qui appartient à la famille des Ericacées, est une plante à feuillage persistant de petit volume, d’origine américaine. Les fruits ont une activité désinfectante et anti-inflammatoire et ils sont particulièrement actifs pour les infections des voies urinaires (cystites). Ceci serait en particulier dû à la proanthocyanidine de type A (PACs), dont le fruit est riche ; celle-ci agit en adhérant aux tissus et en formant une sorte de “couche moléculaire protectrice” qui combat et repousse la fixation des bactéries pathogènes. Au départ, l’hypothèse a été émise que l’action antiseptique de la Canneberge au niveau urinaire était liée à sa capacité à acidifier les urines en les rendant moins hospitalières à la prolifération des bactéries. Des études expérimentales successives ont toutefois démontré que le mécanisme d’action principal ne dépend pas tellement de sa capacité à acidifier les urines, mais plutôt à inhiber l’adhésion de l’Escherichia coli qui borde les cellules épithéliales des voies urinaires. L’action semble due aux proanthocyanidines, aux polyphénols qui inhibent de manière sélective la fixation des bactéries en réduisant leur adhésion aux cellules épithéliales des voies urinaires. Les proanthocyanidines les plus actives dans ce sens semblent être celles de type A (PAC) qui sont, en effet, majoritaires dans le “phyto-complexe myrtille”. La canneberge a également cet effet en ce qui concerne d’autres agents pathogènes des voies urinaires.
 
Les feuilles d’airelle rouge (vaccinium vitis idaea l.) sont riches en arbutine (entre 4 et 9%) laquelle a une forte activité antibactérienne au niveau des voies urinaires. L’arbutine est hydrolysée par les enzymes au niveau des intestins, libérant ainsi de l’hydroquinone, elle-même éliminée par les voies urinaires après glycuroconjugaison et sulfoconjugaison hépatique. Les métabolites hydroquinoniques arrivent dans le bassin rénal et dans la vessie où, dans un environnement alcalin, de l’hydroquinone se libère encore afin que se manifeste ses propriétés antibactériennes et ceci dans les 3 ou 4 heures suivants l’administration du produit. A partir de ce moment, l’on peut comprendre que procéder à l’alcalinisation des urines aide la plante dans l’exercice de son action. Ceci peut être effectué simplement par la prise de 4 à 8 grammes de bicarbonate de soude par jour. Les propriétés bactériostatiques de l’hydroquinone en ce qui concerne certaines souches bactériennes comme l’Escherichia coli, le Staphylococcus aureus et le Proteus vulgaris, ont pu être démontrées in vitro (Bruneton J, 2009, Pharmacognosie …., op. cit., pag. 280).
 
Le curcuma (curcuma longa l.) a des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes dues à son principe actif principal (50-60%) : la curcumine (diféruloylméthane). Sa propriété anti-inflammatoire se manifeste aussi bien au cours de la phase aiguë de l’inflammation qu’au cours de sa phase chronique. La curcumine agit aussi bien sur l’inhibition des cyclo-oxygénases (là où agissent les anti-inflammatoires non stéroïdiens – FANS) que sur l’inhibition des lipoxygénase (là où agissent les anti-inflammatoires stéroïdiens). Le curcuma est un anti-inflammatoire qui présente de très bas niveau de toxicité, ce qu’il ne faut pas sous-évaluer. Le curcuma a également des propriétés anti-oxydantes et sa propriété immuno-modulatrice a aussi été mise en évidence dernièrement. Sont présentes d’autres propriétés intéressantes telles que celles bactéricides et antivirales, apportées par les curcuminoïdes contenus dans le curcuma.

 

 

 

 

 

 

 

CISTISOL 1.jpg
Download

 

 

 

 

CISTISOL 2.jpg
Download

Top
Borghiero Roger  | r.borghiero@gmail.com