Accueil
CONFERENCES A VENIR
Articles
Approche SPAGYRIQUE
ACTIFS et PLANTES
CIBLES des ACTIFS
CONTRES INDICATIONS
SYNERGIES D'ACTIONS
Horaire Méridiens
SPAGYRIE & PSYCHÉ
Concept ARRA
SITES AMIS
ACCÉS THERAPEUTES
Télécharger Dossiers
Herboplanet Complex.
ACISTOM HS100 *
ACISTOM NEW
ADIUVANTIBUS HS722
ALISOL HS 1030
ALIVIT HS9 *
ALLERSOL HS700 *
AMENOSOL B HS210 *
ANANAS COMP HS112
ARCTIUMSOL HS150 *
ASITOL HS121 *
ATROSOL HS125 *
BACSOL HS4
BARDANA COMP HS102
BETAMIX HS103
BETULA COMP HS302
BISOL HS5 *
BRONSOL 200 Sirop *
CALMIX 100 Sirop *
CAPITIS *
CASSIASOL *
CISTISOL
CLIMASOL HS124
COLERIL PLUS HS736 *
CLOROFILIN
CORDIASOL HS118 *
CORNUS COMP HS304
DEFESOL HS122 *
DIFLOR HS732 *
DIMAGRET *
DIORSOL *
DISPESPOL *
DIURESOL *
DRAINIL *
DRENASOL HS15
ELEUTEROSOL *
ENZYSOL HS135 *
EPARENOL HS16
EPASOL HS119 *
FERROSOL HS7 *
GASTROSOL HS206 *
GYMNESOL HS706 *
HERBOSOL C (Vit C) *
HERBOSOL CA (Ca)*
HERBOSOL Fe (Fer)
IALURASE Plus 740 *
IMMUNOSOL HS744 *
IN-FLU 100 sirop *
INFLUBIOTIC Aérosol*
JUGLANS COMP HS 306
K2 SOL
LACTORIL HS 602
LAXATIL-P poudre *
LIQUISOL poudre *
MAGSOL 5 PLUS HS708*
METEORSOL HS116 *
MINERALSOL *
MIOSOL HS 716 *
MNG PLUS SL3 *
MULTISOL *
NEO COLIFASTL *
NEVROSOL HS212 *
OLEA D3
OPATOSOL *
OPERTENSOL *
OROSOL *
OXYSOL *
PARIETARIA HS109 *
PINUS COMP HS 308
PRESTASOL HS720 *
PROINF HS538 *
PROLAVER HS127 *
PROSIL
PULMODREN HS310
PULMOSOL HS129 *
RADIO-ACT HS810 *
RADIO ACT JPG
RELAXSOL *
RINOPLUS HS208 *
RUSCUSOL HS137 *
SEDASOL HS101 *
SULFONIL HS710 *
SURCORTEX HS 405 *
TAMARIS COMP HS211
TARAXSOL *
TONIXOL HS128 *
ULCE GEL
ULMASOL HS 3 *
VARIXOL B HS202 *
VITIS COMP HS214 *
Prod.hors spagyrie
QUANTIQUE ?
LE SILICIUM
B.E de L.C. VINCENT
PARODONTOLOGIE
RESVERATROL
Ionocinèse
Contact
REFLEXIONS CULTURE
ARTICLES ET LIENS
Vos Remarques
BIBLIOGRAPHIE
DIVERS ARTICLES
Formulaire de contact
Mentions Légales
Dossier TC

 

 

 

COLERIL PLUS

HS 736  

HYPOCHOLESTEROLEMIANT

HYPOTRIGLYCERIDEMIANT

 

 

COMPOSES EN COMPRIMES - Flacon de 30 capsules de 750 mg -

Quantité 22,5 grammes

APPORT NUTRITIONNEL POUR 1 COMPRIMÉ:

Extrait sec de :

Chardon-Marie (Silybum marianum) fruits titré à 80 %, 200 mg

(équivalent à un apport en silymarine de 160 mg).

La silymarine joue un rôle important dans le Foie pour la production et l'organisation des differents

cholesterols.

 

Riz rouge fermenté avec Monascus purpureus 200 mg titré à 1,5 %

(équivalent à un apport en monacoline K de 3 mg - Obtenue par fermentation du champignon

Monascus purpurus du Riz Rouge).

Le faible dosage (En dessous de 6 mg) ne présente pas les inconvenients inflammatoires musculaires

des fortes doses habituellement conseillées, mais permet une action suffisante démontrée.

 

Coenzyme Q10 titré à 10% 100 mg

(équivalent à un apport en Coenzyme Q10 de 10 mg).

Action anti-oxydante

Toujours conseillée en parallèle de la prise de statine, naturelles ou synthétiques, car celles-ci 

freinent sa production.

Le Co Q10 protège de l'oxydation et intervient dans la production de l'énergie cellulaire dans

le cycle de Krebbs.

 

Extrait Aplanospore : micro-algues d' Haematococcus pluvialis titré à 2,5%

en astaxanthine 40 mg (équivalent à un apport en astaxanthine de 1 mg).

Action anti-oxydante dérivée des carotenoides . Elle est capable de passer la barrière

hémato-encéphalique par sa forme pour y jouer son rôle protecteur.

Anti-atherosclerotique permettant la reduction du LDL et l'augmentation du HDL cholesterol.

Anti-inflammatoire par réduction du stress oxydatif.

  

Resveratrol 10 mg (équivalent à un apport en resveratrol de 9,8 mg).

Extrait de Renouée japonaise  (Polygonum cuspidatum) titrée à 98 %

Action anti-oxydante très puissante selon l'OMS même.

Réduit de 40 % les risques cardiovasculaires. (Prévient l'oxydation du LDL cholesterol)

Relaxe et dilate les artères.

Régénère les niveaux de Glutathion.

A des vertus antivirales, antiinflammatoires et anticarcinogènes.

   

Acide folique 200 μg (100 % des AJR).

Réduit l'Homoisteine et agit sur les coronaropathies, atherosclérose, tromboembolies.

Actif dans les démenses séniles.

Prévient des déformations foetales

Utile dans l'osteoporose et le diabète.

 

Agent de charge :

Phosphate de calcium.

Cellulose micro-cristalline,

Gomme arabique.

Antiagglomérants: 

Stéarate de magnésium végétal,

Dioxyde de silicium.


Contient des dérivés du soja.

Avertissements: ne pas prendre pendant la grossesse, l'allaitement et en cas

de thérapie à base de médicaments hypolipidémiants.

 

Recommandations :

1 comprimé, le soir avant le coucher.


Produit inclus dans le registre des suppléments du ministère de la Santé Italien,

Code M 10 45921-Y.


Produit inclus dans le registre des suppléments du ministère de la Santé Belge,

Code NUT/PL 1653/34.

 

Cibles :

  • Hypercholesterolémie,

  • Hypertriglicéridémie,

  • Prévention des maladies cardiaques et/ou vasculaires.

  • En cas de prise de statine.

  • Dysfonctionnements hépatiques

Actions :

Relaxe et dilate les artères.

 

Effet Hépatotrope,

Anti hépatotoxique

Hépato protecteur fort contre substances toxiques (alcool, toxines de

l’Amanite phalloïde (phalloïdine)

Régénération du parenchyme hépatique. (lésions lysosomales et

mitochondriales dues à l’éthanol ).

Rajeunissement des tissus du foie.

Antiviral,  

  

Anti radicaux libres, en mesure de pénétrer les organes et tissus du corps

(passe barrière hémato-encéphalique,)

Antioxydants du cerveau, cœur, muscles, peau.

 

Anti-inflammatoire,

Favorise la lutte contre les cellules cancéreuses

Meilleur gestion des graisses 

 

Le CHARDON-MARIE (Silybum marianum) est particulièrement apprécié en cas de disfonctionnements épathiques. Ses fruits, improprement appelés graines, contiennent un principe actif dénomé Silymarine caractérisé par son activité hépatotrope, raison pour laquelle le Chardon entre dans diverses formulations de produits qui vantent cette action. La Silymarine correspond à un ensemble de trois substances dites stéréo-isomères (Silybine, Silydianine, Silychristine). Parmi les trois stéréo-isomères, la Silybine est la plus active. Le Chardon a été au centre de plusieurs travaux expérimentaux qui démontrent l'activité anti-hépatotoxique des flavonolignanes (bioflavonoïdes) présents parmi les principes actifs (Silybine, Silydianine et Silychristine). C'est le terme Silymarine qui permet de classer les flavonolignanes, ces molécules qui ont démontré une action hépato-protective très marquée en ce qui concerne les substances toxiques comme l'alcool et les toxines de l'Amanite phalloïde (phalloïdine). La silymarine se lie aux cellules du foie empêchant ainsi aux poisons du champignon de se lier à celui-ci, bloquant donc leur effet vénéneux. Etant à même de neutraliser le poison directement, elle est efficace même si elle est prise après la consommation du poison du champignon. Des essais en laboratoire ainsi que des expérimentations cliniques ont mis en évidence le fait que la Silymarine agit sur la membrane cellulaire de l'hépatocyte empêchant et rendant très difficile la pénétration de diverses substances toxiques à l'intérieur du foie (activité membranotrope), et faisant ainsi obstacle à la dégénération grasse et à la nécrose de la cellule. Les fruits du Chardon-Marie ont une action régénératrice au niveau hépatique, ils augmentent la synthèse de l'ARN par la stimulation de l'activité de l'ARN polymérase, en accélérant par conséquent le processus de régénération du parenchyme hépatique. La Silymarine est en mesure d'intervenir de manière positive sur les lésions lysosomales et mitochondriales dues à l'éthanol et peut stimuler la synthèse protéique, elle aussi compromise dans les lésions dues à l'alcool. Le Chardon-Marie peut aider à rajeunir le foie et aussi à le protéger d'éventuels dommages futurs. Les personnes qui ont souffert ou souffrent d'hépatites, de cirrhoses ou d'autres disfonctionnements du foie devraient l'introduire dans leur régime alimentaire le Chardon-Marie, en tant que composant pour la santé. En effet, il n'y aurait aucun mal à en prendre régulièrement comme tonique et régénérateur du foie, à titre préventif ou de maintien, à hauteur de 200 mg de Silymarine par jour. Aujourd'hui, la Silymarine est non seulement la meilleure substance documentée pour la thérapie du foie, mais elle est aussi un des extraits végétaux les plus soigneusement recherchés et étudiés dont les mécanismes d'action sont connus. Le Chardon-Marie, en tant que tonique et régénérateur du foie, aide dans les cas de stéatoses hépatiques, dans les maladies hépatiques dues à l'alcoolisme ou à la consommation de drogues, dans les hépatites chroniques, dans les cirrhoses hépatiques, dans les cas de jaunisse, dans les cas de sensibilité à des substances chimiques, d'exposition à des toxines industrielles, dans les programmes de désintoxication. Il régénère les tissus du foie abîmés par l'hépatite, la cirrhose, l'alcoolisme, les drogues et les toxines environnementales. Il aide à lutter contre la fatigue et les allergies alimentaires. La Silybine, composant de la Silymarine, stimule l'activité d'une enzyme, la Superoxyde Dismutase (SOD), laquelle agit en tant que nettoyeur des radicaux libres, de façon bien plus puissante que la vitamine E. Le Chardon inhibe l'enzyme lipoxygénase en empêchant la formation de leucotriènes, composants responsables des inflammations.

 

Le MONASCUS PURPUREUS est une levure contenue dans le Riz Rouge Fermenté utilisé dans l'alimentation et en phytothérapie chinoise depuis des siècles. En effet, il est déjà mentionné dans l'antique Pharmacopée « BenCaoGangMu-DanShiBuYi », publiée à l'époque de la dynastie Ming (1368-1644). De nombreuses études vers la fin des années 90, ont mis en évidence que le Monascus Purpureus a, parmi ses principes actifs, un inhibiteur de la HMG-CoA réductase, une enzyme qui contrôle la vitesse de synthèse du cholestérol. L'effet inhibiteur est causé par une des monacolines présentes (Monacoline K ou Lovastatine), laquelle inhibe la 3-hydroxy-3 methylglutaryl coenzyme A réductase (HMG-CoA réductase), 21ème étape dans la synthèse du cholestérol (Endo, 1976). Sans cette enzyme, l'entière séquence de synthèse du cholestérol est bloquée, ce qui représente une cible de choix pour réguler les niveaux de cholestérol dans le sang. Dans une étude clinique (1997), l'efficacité du Monascus Purpureus assimilé continuellement pendant 8 semaines par 446 patients hyperlipidemiques a été évaluée. Les sujets enrôlés présentaient des valeurs hématiques de base de cholestérol total, de cholestérol-LDL ou de triglicéride élevées ; d'autre part ; les valeurs de cholestérol-HDL étaient notablement réduites. Les résultats obtenus ont mis en évidence que l'absorption de Monascus Purpureus déterminait la réduction significative de la cholestérolémie : - 22% en ce qui concerne le cholestérol total (- 7% pour les contrôles) et - 30,9% pour le cholestérol-LDL (- 8,3% pour les contrôles). Au cours de la même étude, il a été constaté la réduction de 34,1% de la présence de triglycérides dans le sang, ainsi qu'une augmentation significative du cholestérol-HDL. Les mêmes résultats ont été obtenus au cours d'une autre étude (1999) concernant 83 patients hyperlipidémiques: le Monascus Purpureus, utilisé comme un supplément diététique pendant 8 semaines, a provoqué la réduction significative du cholestérol total et du LDL. La recherche scientifique moderne a confirmé que les aliments contenants du Monascus Purpureus ont effectivement l'effet que la tradition leur attribuait. Au Japon, l'extrait de mycètes de Monascus Purpureus est administré aux personnes peu sensibles aux règles alimentaires pour réguler la pression artérielle, les triglycérides, le mauvais cholestérol (LDL et/ou VLDL) et pour augmenter le bon cholestérol (HDL). Il est particulièrement indiqué chez les personnes qui produisent trop de cholestérol endogène. Des années de test sur des milliers de patients traités grâce à un extrait de Monascus Purpureus, en ont confirmé la validité et le commerce diététique d'isolats spécifiques de ce dernier a été autorisé dans le but de contrôler la pression artérielle, les triglycérides, le cholestérol, en particulier chez les personnes qui ne répondent à aucun traitement diététique traditionnel. Des études cliniques modernes, conduites pour le compte de « l'Institut National de la Santé et de la Nutrition » japonais, ont scientifiquement prouvé qu'un complément alimentaire à base d'extraits de riz rouge fermenté et grâce à l'action de mycètes de type Monascus, améliore la circulation sanguine et contribue à réduire la pression sanguine en cas d'hypertension. En se basant sur la littérature scientifique la plus récente, on peut donc affirmer que le complément à base de Monascus Purpureus, en plus d'un bon régime alimentaire, est efficace et bien toléré dans la régulation de l'hypercholestérolémie, de l'hypertriglycéridémie. Il abaisse la pression artérielle et grâce à sa haute teneur en amylase, a de bonnes capacités stomachique et digestive.

 

Le COENZYME Q10 a été découverte en 1957 par Crane, dans les mitochondries du cœur de bœuf. Elle fait fonction de transporteur d'hydrogène dans les réactions d'oxydo-réduction au niveau mitochondrial. Elle est donc importante dans la production d'énergie. C'est un antioxydant qui a une fonction protectrice contre les radicaux libres. Elle agit contre les perioxydes qui attaquent le collagène et l'élastine, elle est donc efficace contre la perte d'élasticité et la formation de rides. La Coenzyme Q10 est synthétisée par notre organisme, mais sa production diminue avec l'âge, et même l'utilisation de médicaments à base de statine peut provoquer une réduction des valeurs de la Coenzyme Q10, car l'HMG-CoA réductase, qui intervient dans la synthèse du cholestérol, intervient également dans la synthèse de la Coenzyme Q10. Les besoins journaliers semblent être de 5 mg, tandis que la prise conseillée pour les plus de 35-40 ans est nettement supérieure, entre 20 et 40 mg. La Coenzyme Q10 n'améliore pas les prestations, il suffit juste de s'assurer qu'il n'y ait pas de carences de cette-dernière pour éviter une chute des prestations, donc, après 35 ans, il peut être judicieux d'en prendre.

 

L'algue HAEMATOCOCCUS PLUVIALIS contient naturellement de l'Astaxanthine (un caroténoïde), un pigment organique que l'on trouve aussi dans le phytoplancton et, dans une moindre mesure, dans certains champignons et bactéries. Dans le commerce, on trouve divers types d'Astaxanthine, de dérivé chimique, obtenu à partir de la levure et naturellement extraite de la micro-algue Haematococcus Pluvialis cultivée à Hawaii. L'Astaxanthine naturelle ne présente pas de toxicité puisque c'est une substance totalement naturelle dont de nombreuses études ont démontré son absolue sécurité alimentaire. L'Astaxanthine naturelle s'obtient par la réduction en poudre des algues Haematococcus Pluvialis, après que ces-dernières sont restées dans des bassins de maturation exposées au soleil et après que le soudain et curieux changement de couleur a prouvé que la réaction a bien eu lieu et que nous sommes bien en présence d'astaxanthine. L'algue Haematococcus Pluvialis produit de l'Astaxanthine pour se défendre et survivre aux fortes situations de stress. En effet, cet antioxydant est en mesure de conserver les algues en vie pendant quarante ans. Une des applications principales dans le champ médical concerne sa capacité à combattre l'action nocive des radicaux libres. Les bénéfices ont été largement démontrés en ce qui concerne le maintien de la santé. Elle a un grand pouvoir antioxydant, elle est plus efficace que des substances comme le beta-carotène et la Vitamine E, universellement reconnues comme étant des molécules antioxydantes. Des expérimentations ont été conduites pour clarifier le rôle de l'Astaxanthine en néoplasie et les données montrent des résultats convaincants qui établissent que l'Astaxanthine est non seulement à même de moduler la progression de la maladie, mais est également un facteur de prévention et de protection contre son apparition. La différence principale entre l'Astaxanthine naturelle et les autres antioxydants est que beaucoup de ces-derniers ne sont pas en mesure de pénétrer les organes et tissus du corps. Grâce à sa structure particulière et à sa nature estérifiée (avec des acides gras à une ou aux deux extrémités de la molécule), l'Astaxanthine est en mesure d'atteindre le corps en profondeur et l'intérieur de chacun de ses organes (cerveau, cœur, muscles, peau), combattant l'oxydation et l'inflammation, les protégeant et optimisant leurs fonctions. Le poids moléculaire réduit et la haute lipophilie font qu'elle réussit à traverser la barrière hémato-encéphalique, exerçant ses effets au niveau de systèmes difficilement atteignables par d'autres antioxydants.

 

Le RESVERATROL est un polyphénol que l'on trouve dans le raisin et dans d'autres plantes (ex: Polygonum cuspidatum). Il est utilisé par la plante pour se protéger des parasites. De nos jours, le vin ne contient pas beaucoup de Resvératrol, au contraire il n'y en a presque plus aucune trace, ceci à cause de l'utilisation de pesticides. Pour pouvoir le consommer il faut produire des extraits qui en contiennent la quantité adéquate. De nombreuses propriétés lui sont attribuées: antiviraux, anti-inflammatoire, anti-cancérigène et il est à même de prolonger la vie. Le Resvératrol est un complément important capable de régénérer les niveaux de glutathion, d'avoir une puissante action antioxydante, d'augmenter les niveaux de quinone réductase (enzyme utilisée par le foie pour désintoxiquer les carcinogènes). Il semble être à même d'inhiber l'apparition de maladies, la promotion et la progression de certains types de cancer (de la prostate, du colon, etc.). L'Organisation Mondiale de la Santé indique que le Resvératrol est une substance en mesure de réduire de 40% les risques cardio-vasculaires. En tant qu'antioxydant, il protège d'une plus grande gamme de radicaux libres par rapport à la vitamine E. Il promeut la production d'oxyde d'azote, médiateur biochimique que les organismes vivants produisent afin de contrôler nombre de leurs fonctions ; il relaxe et dilate les artères. Le Resvératrol inhibe l'agrégation plaquettaire en bloquant l'action de la thrombine, il prévient l'oxydation des lipoprotéines à basse densité (cholestérol-LDL). Une étude publiée dans la revue « Science » déclare que le Resvératrol est en mesure de bloquer la prolifération des cellules cancéreuses au cours de trois stades majeurs de son développement. Dans d'autres études, il a, par exemple, été mis en évidence la capacité du Resvératrol à prévenir certains types de cancer (par exemple : ceux engendrés par les métastases osseuses) et à réduire de plus de 90% les tumeurs de la peau. Une autre étude démontre que le Resvératrol peut induire l'apoptose in vitro de cellules cancéreuses et réduire l'augmentation des cellules tumorales. Une autre recherche a démontré que dans certains cas, le Resvératrol a amélioré les résultats dans les traitements par chimiothérapie.

 

L'ACIDE FOLIQUE est en mesure de réduire l'homocystéine (produit intermédiaire dans la conversion de l'acide aminé méthionine en cystéine), dont les niveaux élevés sont associés à un certain nombre de pathologies (risque cardio-vasculaire, athérosclérose, ostéoporose). L'hyperhomocystéinémie est aujourd'hui considérée comme un des facteurs les plus importants dans le risque cardio-vasculaire. En cas de carence d'acide folique, on assiste à l'augmentation de l'homocystéine. Pour pouvoir utiliser l'Acide folique, l'organisme doit d'abord le convertir en tétrahydrofolate pour ensuite ajouter un groupement méthyle dans le but de former le 5-méthile-tétrahydrofolate (acide folinique). Après avoir été absorbé au niveau de l'intestin, l'acide folique est activé par le foie, se transformant ainsi en acide folinique ; il est alors distribué à divers tissus ou, éventuellement, est déposé en tant que réserve. L'Acide folique est essentiel à la vie de l'homme et de nombreux autres organismes même très simples, comme les bactéries. Cette substance, intervenant dans la synthèse des acides nucléiques, est importante pour la croissance et la reproduction cellulaire. La carence en Acide folique peut influencer les niveaux de cholestérol car c'est une substance nécessaire à l'utilisation des gras.


 

 

 

 

Top
Borghiero Roger  | r.borghiero@gmail.com